Daniela Matiz Borda
Éclosion, une prolifération du vivant, 2019
Tirages fine art sur Canson Infinity Rag Photographique (dimensions variables) ; transferts d’émulsion Polaroid 660 sur papier aquarelle ; tirage couleur sur RC brillant (50 x 75 cm) ; vidéo en boucle.
Le vivant, pour être ainsi désigné, ne doit point uniquement être en vie, il doit également avoir en soi une volonté active de rester en vie ainsi que de multiplier la vie. Le vivant est donc nécessairement lié par une volonté de conservation et d’accroissement, une « volonté de puissance »*. Dans Éclosion, j’explore cette volonté mouvante et je propose une prolifération du vivant par les formes photographiques. 

Si le monde est un état où la vie est possible, et que tout ce qui y vit existe dans la volonté d’accroissement, celle-ci permet alors une prolifération. L’œuvre Éclosion fonctionne comme le monde dont elle fait partie, comme le vivant : les éléments qui la constituent vivent dans un ensemble et ils ont besoin des autres. L’hypothèse est que, dans des formes du vivant et leur inter-connexion, même quand elles sont représentées par un support non-vivant, une prolifération est possible. 

La volonté de conservation et d’accroissement du vivant est infusée d’une sensibilité. Le potentiel de la volonté qu’a le vivant est déterminé aussi par cette sensibilité, par une faculté de capter des forces et d’être affecté par elles, de s’en nourrir. Celle-ci apparaît dans le travail dans une forme accrue, celle de la synesthésie. Par la synesthésie, plusieurs sens sont associés lors de la perception : la sensibilité à des éléments qui normalement a lieu dans un seul sens se multiplie dans d’autres sens supplémentaires (on “voit” du son ; on attribue des couleurs aux chiffres). Cette hypersensibilité est involontaire et automatique, et elle est contenue dans la sensibilité même du sujet comme la volonté de puissance l’est dans le vivant. Être synesthète signifie vivre à travers le phénomène. 

La synesthésie est sous-jacente à la prolifération du vivant dans Éclosion. Ce n’est pas exclusivement dans l’analogie formelle que la prolifération du vivant se produit : l’hypersensibilité permet de franchir cette limite, dans ce cas spécifique, par la couleur.
* HEIDEGGER Martin citant Friedrich Nietzsche, dans Chemins qui ne mènent nulle part, Gallimard, Paris, 2006.


​​​​​​​
@danielamatizborda
Daniela Matiz Borda, série Éclosion, une prolifération du vivant, 2019, tirages fine art sur Canson Infinity Rag Photographique (dimensions variables) ; transferts d’émulsion Polaroid 660 sur papier aquarelle ; tirage couleur sur RC brillant (50 x 75 cm) ; vidéo en boucle.
Daniela Matiz Borda, série Éclosion, une prolifération du vivant, 2019, tirages fine art sur Canson Infinity Rag Photographique (dimensions variables) ; transferts d’émulsion Polaroid 660 sur papier aquarelle ; tirage couleur sur RC brillant (50 x 75 cm) ; vidéo en boucle.
​​​​​​
Sens de la visite
Back to Top