Elena Groud
Extimités, 2019
impressions Latex sur papier dos bleu 125g, 200 x 133,5 cm
Espace vide de vie - CHU de Rouen, décembre 2017
tirage photographique couleur, 21 x 29,7 cm encadré.

Le travail d’Elena Groud traite d’une exploration de l’intime, que ce soit dans l’espace public ou privé, en insufflant du vivant à ce qu’elle photographie. « Le geste a une intention, une vie, alors que le mouvement peut aussi bien résulter d’un automatisme humain que de n’importe quelle animation d’un objet ou d’un mécanisme non humain »*. Imprégnée par l’univers de la danse et s’appuyant sur la distinction de la théoricienne Laurence Louppe qui dissocie le geste et le mouvement et par sa proximité et son engagement physique avec ce qu’elle photographie, Elena Groud cherche à donner geste et organicité à des matières a priori inertes. Sa pratique artistique propose une réflexion du corps absent à l’image. 

Extimités est issu d'un projet, Extime, où Elena Groud a fait converser ensemble l'espace public et l'intime de chacun en photographiant des draps époussetés depuis les fenêtres par des habitants. Le drap, cette double peau qui nous accompagne toute la moitié de notre vie, matière support de notre intimité nocturne, de notre histoire, est le lieu de plis, d’empreintes, de traces du corps qui suggèrent une présence. Gardant le drap comme fil conducteur entre ces individualités rencontrées, comme trait d'union entre le dehors et le dedans, le public et le privé, elle crée la série Extimités, guidée par la nécessité de laisser s'échapper ce bout d'intime hors du foyer. Ce trio d'images est une réponse à la question qui l'anime, à savoir, comment une absence de corps et la photographie sculptent un vide, à mi-chemin entre une intimité et l'espace public.

En parallèle à ce projet se trouve Espace vide de vie - CHU de Rouen, décembre 2017,  image réalisée lorsqu’elle suit son père danseur et chorégraphe, lors de performances dansées en unités de soins palliatifs dans le cadre de la mission culture à l’hôpital au CHU de Rouen. L’image qui persiste de cette expérience présente une absence de corps, un lit vide, des plis de drap, les « supports » d’un corps, ses « enveloppes », traces et empreintes dans un contexte intime lié au quotidien, au collectif, relevant du vivre ensemble.

* LOUPPE Laurence, Poétique de la danse contemporaine, chapitre « Poétique du mouvement », Ed Contredanse, 2004, p 10.



elenagroud@gmail.com 
@lnagroud et @elenagroud 


Elena Groud, Extimité 1 - corps, 2019, impression Latex sur papier dos bleu 125g, 200 x 133,5 cm
Elena Groud, Extimité 1 - corps, 2019, impression Latex sur papier dos bleu 125g, 200 x 133,5 cm
Elena Groud, Extimité 2 - colonne, 2019, impression Latex sur papier dos bleu 125g, 200 x 133,5 cm
Elena Groud, Extimité 2 - colonne, 2019, impression Latex sur papier dos bleu 125g, 200 x 133,5 cm
Elena Groud, Extimité 3 - guerrière, 2019, impression Latex sur papier dos bleu 125g, 200 x 133,5 cm
Elena Groud, Extimité 3 - guerrière, 2019, impression Latex sur papier dos bleu 125g, 200 x 133,5 cm
Elena Groud, Extimité 4 - batoïde, 2019, impression Latex sur papier dos bleu 125g, 200 x 133,5 cm
Elena Groud, Extimité 4 - batoïde, 2019, impression Latex sur papier dos bleu 125g, 200 x 133,5 cm
Elena Groud, Espace vide de vie - CHU de Rouen, décembre 2017, tirage photographique couleur, 21 x 29,7 cm encadré.
Elena Groud, Espace vide de vie - CHU de Rouen, décembre 2017, tirage photographique couleur, 21 x 29,7 cm encadré.


Sens de la visite
Back to Top