Florian Schmitt
Espace imaginaire 01, 2020
photographie (tirage couleur, châssis affleurant aluminium), 60 × 40 cm.
Espace imaginaire 02, 2020
photographie (tirage couleur, châssis affleurant aluminium), 40 × 55 cm.
 ... l’homme ne peut pas vivre sans utopie. Il ne peut se satisfaire de ce qu’on lui impose, surtout lorsque ce qui s’impose à lui ne répond pas à ses nécessités, ne satisfait pas ses besoins. L’homme en réalité est toujours en quête d’utopie. La raison en est que l’utopie est inséparable du réel et du vécu. Elle n’est pas, contrairement à l’idée reçue, l’irréel ou le rêve, mais un espoir chevillé à la vie, une lueur dans la pénombre du quotidien, le désir qui s’insinue dans la politique. Elle n’est pas une fuite hors du réel, elle s’appuie sur le réel pour en envisager un autre, plus à la mesure de nos besoins et de nos souhaits.*

* Berthet, Dominique, L’utopie. Art, littérature et société, L’Harmattan, Paris : 2010, p. 11. 


​​​​​​​
@schmittflorian.de
Florian Schmitt, espace imaginaire 01, 2020, photographie (tirage couleur, châssis affleurant aluminium), 60 × 40 cm.
Florian Schmitt, espace imaginaire 01, 2020, photographie (tirage couleur, châssis affleurant aluminium), 60 × 40 cm.
Florian Schmitt, espace imaginaire 02, 2020, photographie (tirage couleur, châssis affleurant aluminium), 40 × 55 cm.
Florian Schmitt, espace imaginaire 02, 2020, photographie (tirage couleur, châssis affleurant aluminium), 40 × 55 cm.


Sens de la visite
Back to Top